Compte-rendu de la plénière du 05 juillet

Compte-rendu de la réunion plénière du Conseil de Quartier du mercredi 05 juillet 2017

equipe-animation-cel@listes.cqparis10.org

Lieu : Centre Jean Verdier, 11 rue de Lancry
Compte-rendu
: Martine LEIMBACH relu par l’EA.
Autres membres de l’équipe d’animation présents
: Alexandra NORTH, Martine LEIMBACH, Claire DÉMAREZ, Jacques CHEVROT, Alain HENRY, Jean-Luc BARRÉ, Daniel GIMENEZ, Jean-Marie BIREAUD, Antonin BARRÉ
Élu-e-s présents
: Élise FAJGELES, Sylvain RAIFAUD, Paul SIMONDON.

ENVIRON 40 PERSONNES ONT PARTICIPÉ À CETTE PLÉNIÈRE, MERCI

Présentations : les présentations projetées sont disponibles ici (cliquez).

20170705 A5 Chateau d'eau-Lancry.petit.compte-rendu

La séance débute à 19h, après avoir remercié le CRL qui nous accueille, en la personne de Jean-Marie BIREAUD.

Élise FAJGELES, adjointe au maire chargée des transports, de l’espace public et de la propreté participait ici à sa dernière réunion locale car élue suppléante de Benjamin GRIVEAUX, depuis au gouvernement, elle est appelée à le remplacer comme députée de la circonscription.

1/ Présentation de l’application « Ambiciti » : pollution sonore

Bruno LEFEVRE est chercheur en sciences humaines à l’INRIA (Institut national de recherche dédié au numérique). Ce centre a mis au point une application qui permet, à partir des téléphones mobiles (iphone et android), de mesurer le niveau sonore environnant, musique, cours d’école, circulation, autour d’un chantier, etc.

Il recherche des volontaires pour tester l’application qui est gratuite. Il y aura plusieurs niveaux de classement des mesures qui seront faites, sachant qu’une exposition au bruit au-dessus de 75 décibels est nocive et à partir de 100 décibels carrément dangereuse pour la santé. L’objectif est notamment d’établir des cartes de bruit par quartier.

Un participant ayant un problème de nuisance sonore avec un voisin est intéressé.

Les contacts peuvent être pris par courriel auprès de bruno.lefevre@inria.fr et le téléchargement de l’application ainsi que la réponse au questionnaire par les sites référencés dans le document en annexe.

Les retours se feront en liaison avec le Conseil de quartier.

Rappelons qu’en ce qui concerne la pollution de l’air qui ne se mesure pas (encore) par téléphone, les contacts peuvent être pris auprès d’Airparif.

2/ Propreté

Le plan de propreté pour le Canal Saint-Martin, bilan 2016 et perspectives 2017 pour la saison estivale est présenté par Élise FAJGELES. Le document est disponible en ligne en cliquant sur la miniature ci-dessous.

Bilan DPE 2016 et perspectives 2017

La situation s’est globalement améliorée grâce aux mesures prises (moins de doléances en 2016). Les problèmes récurrents sont les suivants :

• Reliefs de repas,

• emballages,

• canettes et bouteilles,

• épanchements d’urines,

• mégots,

• graffitis.

Les urinoirs, sanisettes si elles sont ouvertes jusqu’à minuit, voire 24h sur 24 et les agents verbalisateurs en plus grand nombre devraient encore améliorer la situation, en particulier grâce à la mise en place de la brigade de lutte contre les incivilités présenté lors de la plénière précédente.

En effet, beaucoup d’incivilités continuent d’être constatées (dépôt des bouteilles à côté des containers non remplis par exemple), épanchements d’urine, encombrants sauvages…

Seront ajoutés en période estivale sur le Canal :

• 122 corbeilles « Bagatelle » avec éteignoirs de cigarettes,

• 50 corbeilles amovibles,

• 2 collectes supplémentaires en plus des 2 habituelles,

• des fréquences plus grandes de balayage / lavage,

• des prestations eau chaude haute pression (urine),

• 3 colonnes à verres supplémentaire (soit 6 au total),

• 6 urinoirs mobiles et une cabine mixte. Cette dernière connaît un succès mitigé (pas très attractive et pas assez vidangée),

• 2 nouvelles sanisettes Decaux qui demandent à la fois de la place et un réseau de raccordement pour les équiper en eau potable,

• 12 bacs à 4 roues (bac jaune pour trier les papiers, cartons, plastics, métaux ; bac blanc pour le verre ; enfin bac vert multi usages pour ce qui reste après le tri), avec 2 collectes par jour,

• équipes de nettoyage à partir de 19h jusqu’à 23h30 le samedi et le dimanche.

Lutte contre les graffitis

le 10e est l’arrondissement le plus graffité de Paris… et le quartier du Canal en particulier. Pourquoi ? Le graffiti est-il accepté comme liberté d’expression, par indifférence ou par lassitude ?

Une intervention critique l’attitude de la mairie qui semble cautionner les graffitis sur le mur de la pointe Poulmarc’h, comme le montre le vœu voté lors du récent conseil d’arrondissement.

Élise FAJGELES répond que le mur est privé et que la mairie intervient en cas de réalisation à caractère publicitaire contraire à la réglementation. Mais pourquoi faire un scandale pour les pubs, généralement assez esthétiques, qui restent quelques jours, et ne rien faire contre des tags sauvages qui abîment le mur ? Ce mur est certes privé mais les tagueurs, voire la municipalité, semblent le considérer comme un mur public sur lequel chacun peut faire ce qu’il veut.

Une expression artistique ou commerciale qui pourrait être négociée entre la mairie et la copropriété de l’immeuble avec une affectation des revenus convenue serait une meilleure solution que l’abandon du mur aux graffitis sauvages.

Plus d’interventions et de nettoyages par l’entreprise Korrigan, entreprise spécialisée en nettoyage de graffitis dans le cadre du contrat avec la mairie, sont nécessaires. C’est très loin d’être le cas actuellement.

Contact pour l’enlèvement des tags : mairie ou page web « dans ma rue » en ligne

Dispositifs de prévention

Distribution en 2016 de 1107 sacs kraft « propreté » et de 753 cendriers de poche pour éviter la pollution par les mégots qui est énorme en particulier autour du Canal.

Communication pour sensibiliser sur la propreté et sur les risques d’alcoolisation, avec affichage de l’arrêté qui précise que la consommation d’alcool sur la voie publique est interdite après 21h (même si cela semble peu réaliste).

Dispositifs de verbalisation

Les agents du commissariat du 10e arrondissement, qui dépendent de la préfecture (le pouvoir de police ne relève pas du maire de l’arrondissement) font de la prévention jusqu’à 21h environ, difficile à assurer au-delà avec parfois 3000 personnes, puis ré interviennent après minuit lorsque la fréquentation est moindre.

Une nouvelle brigade est créée au niveau de la ville, dépendant de la Direction de la Prévention de la Sécurité et de la Protection (DPSP) pour prévenir et verbaliser les incivilités. Elle est créée par arrondissement. Dans le 10e, on ne l’a pas encore trop vue, car la mise en place est progressive (5 agents seulement actuellement et 15 en septembre et un local). Entre temps, la brigade parisienne assurera le relais.

Dispositifs de verbalisation

• « Surfrider » est une ONG de protection des océans, rivières, littéraux… Elle a organisé un « nettoyage participatif » sur le Canal mais sans concertation entre la Mairie et le Conseil de Quartier qui regrette l’absence de coordination,

• Événement « ensemble vivons le 10e »,

• 8 éco-animateurs du SYCTOM (Agence métropolitaine des déchets ménagers) pour communiquer sur le tri des déchets.

Qui travaille autour du Canal St Martin ?

• la Direction des espaces verts et de l’environnement (DEVE) : pour l’entretien des espaces verts,

• le Service des Canaux pour le nettoyage de l’eau (4 passages du bateau nettoyeur),

• la Régie de quartier missionné par la Mairie,

• la Direction de la Prévention, de la Sécurité et de la Protection (DPSP),

• le Commissariat : contact téléphonique 17.

Interventions des personnes présentes

  • J’habite rue Léon Jouhaux. Est-ce qu’il est prévu un nettoyage plus fréquent ? car cette rue passante entre la place de la République et le Canal est sale.
    En principe Il y a 3 lavages par semaine actuellement et une prestation nettoyage eau chaude haute pression, à vérifier.

  • Il sera étudié si on peut remettre l’urinoir près de la passerelle.

  • Pourquoi pas la pose d’une peinture répulsive « anti pipi » ou l’arroseur arrosé ? La technique n’a pour le moment pas été retenue par la Mairie de Paris (coût de 500 euros pour 6 m2 et efficacité contestée). Cependant elle est en test à Bordeaux. À suivre…

  • J’ai vu quelqu’un descendant d’une voiture déposer un poste de télévision sur le trottoir. Que faire ? Noter le numéro d’immatriculation et le signaler au Cabinet du maire. La police municipale pourra identifier le contrevenant et verbaliser (68 euros pour décharge sauvage mais jusqu’à 1500 euros en cas d’utilisation d’une voiture).

  • Signaler les lieux de dépôts récurrents pour permette aux agents d’organiser le cas échéant des surveillances ciblées. Contact encombrants (lien web),

  • Comment rendre le Canal plus citoyen ? Sensibilisation pour mobiliser les citoyens. Exemple. « Humans in ??… » a lancé un appel citoyen auquel 300 personnes ont répondu qui a permis de nettoyer le Canal. Élise FAJGELES confirme que la Mairie est prête à appuyer toutes les initiatives citoyennes,

  • Il sera remédié à la différence de traitement de la collecte entre le quai de Jemmapes et le quai de Valmy due à des problèmes pratiques de passage du camion.

3/ Le « barboteur »

Présentation par l’un des deux animateurs Ian OXLEY (voir documents consultables sur le site internet canal-barboteur.com et la page Facebook

C’est le résultat de 3 ans de travail. Le barboteur est un bateau nomade se déplaçant sur le Canal. L’objectif des animateurs est de créer un lieu d’accueil, d’échanges et de partage dans un espace sécurisé et sécurisant, d’accompagner l’activité du Canal avec un espace de détente et des événements culturels.

Le bateau se compose : à l’arrière d’une scène, à l’avant d’un comptoir, et sur la berge des installations, tables, transats, jeux. Il est prévu qu’il accoste près du Point Éphémère le samedi et au bassin des Récollets le dimanche.

Il proposera différents types de programmation : rencontres, conférences, petits récitals, ateliers parents-enfants…

L’initiative s’inscrit dans le respect des riverains du Canal : nettoyage du quai à l’arrivée et au départ et respect de la réglementation (21h fin de vente alcools), des gobelets en plexiglas consignés…

Pas de facturation et la programmation culturelle est gratuite, les boissons et la restauration en revanche sont payantes ainsi que l’offre de kit atelier.

Pour le moment le bateau sera en activité de mars à octobre (mois chauds).

4/ Suivi des projets d’investissement

Suivi du projet d’étude sur les aménagements du Canal

Ce projet a été présenté au Conseil d’arrondissement et proposé au budget participatif par le Conseil de Quartier. Il a été refusé. Un de ses objectifs est de mieux lutter mieux contre les incivilités du quotidien. Avec 1900 agents et le doublement des moyens humains, ce sont des agents en uniforme qui sont déployés dans la rue, dans les parcs et jardins.

L’équipe d’animation du Conseil de quartier va ré-intervenir auprès des élu-e-s.

Les façades du Collège Louise Michel

Que ce soit sur le quai ou sur la rue, les façades dont les vitres en particulier, sont lourdement dégradées par des affichages sauvages et des tags à l’acide qui lui donnent l’aspect d’un bâtiment désaffecté.

Madame Mengin, proviseur du Collège Louise Michel a initié une concertation avec les collégiens et les parents d’élèves pour concevoir un projet de fresque afin d’aménager la façade en verre le long du quai de Valmy. Les élèves ont travaillé sur un projet de logo (Louise Michel) sur la partie en brique et d’une fresque sur film perforé sur la partie vitrée. L’objectif est de faire financer le projet par le Conseil de Quartier sachant que le principe de ce financement a été adopté lors d’un précédent Conseil de Quartier.
Cependant un problème administratif se pose car les collèges, à la différence des écoles, dépendent du département et pas de l’arrondissement auquel le Conseil de Quartier est rattaché.
Mme Mengin quitte cette année le collège, mais transmet le dossier à son successeur.

La facilitation des activités des écoles du quartier

Votes à l’unanimité pour 3 demandes des écoles pour un total de 2200 euros :

  • 1 sono partagée par les écoles des rues de Marseille et Legouvé (900 €),
  • 2 tables de ping-pong pliables pour le centre de la rue de Marseille (900 €),
  • 2 mini cages de football et 1 filet de volley-ball (ou 1 filet de basket-ball) pour l’école Pierre Bullet (400 €).

Il est fait appel à des projets d’investissement qui peuvent être soumis en utilisant l’adresse mail de l’équipe d’animation du conseil de quartier : equipe-animation-cel@listes.cqparis10

Rappelons la possibilité de financer par le budget du conseil de quartier différentes initiatives citoyennes, par exemple des projets de végétalisation avec bacs à fleurs devant les immeubles, murs végétalisés, mais à condition que les habitants les entretiennent ensuite (contre exemples des rues René Boulanger et passage du Bail).

5/ La parole est à vous

Doléances d’une habitante de la rue des Vinaigriers (côté angle Strasbourg Saint‑Denis) : Peut-on parler non pas seulement du Canal mais d’autres endroits, le boulevard Magenta par exemple ? Selon elle, de plus en plus sale et bruyant. Elle évoque des problèmes avec les terrasses de café qui s’étendent et créeraient des nuisances, des refus des propositions sans justifications, des absences de réponse ou 10 ans pour avoir 2 jardinières dans sa rue….

Il est rappelé qu’une réunion est organisée par la Mairie chaque année sur la propreté et il lui est suggéré de s’y rendre.

Voix sur Berges : unanimité des félicitations sur cet événement qui a réuni 20 000 personnes et prouve qu’on peut faire de l’animation musicale sur le Canal sans sono et sans déchets.

En revanche, des critiques sont émises sur :

  • la fête de la musique qui devient la fête des sonos et du bruit. Rue de Lancry, place Bonsergent en particulier en sachant qu’il n’y a pas d’autorisation à obtenir pour la fête de la musique.

  • une programmation de musique techno dans le kiosque du jardin Villemin qui a généré un bruit infernal un samedi de 10h à 18h, il y a 3 semaines. Sylvain RAIFAUD (pour la Mairie qui donne les autorisations) s’engage à être attentif lors de la sélection des groupes musicaux dont un l’année dernière a déjà été écarté. Il demande que lui soit signalé le nom du groupe incriminé.

En conclusion éviter d’opposer les 2 populations : celles qui viennent faire la fête sur le Canal et celles qui y habitent et la subissent, celles qui prônent la coercition et celles qui souhaitent favoriser la sensibilisation, la responsabilisation, l’autodiscipline.

En attendant le prochain Conseil de quartier en automne, l’équipe souhaite de bonnes vacances à toutes et à tous

La séance est levée à 21h

le Partager :

Laisser un commentaire