Compte rendu Assemblée plénière du Conseil de Quartier -28 novembre 2017

COMPTE RENDU ASSEMBLEE PLENIERE DU CONSEIL DE QUARTIER
Jeudi 28 novembre 2017 – ECOLE ELEMENTAIRE MARTEL
SUJETS : « LES NOUVELLES ACTIONS CONTRE LES INCIVILITES»
« VOS PRIORITES POUR AMELIORER LE QUARTIER »
« LES DISPOSITIFS D’AIDE AUX PERSONNES EN SITUATION DE PRECARITE »
En présence et avec la participation de :
– Paul Simondon, premier adjoint au Maire chargé de l’urbanisme de l’espace public , des déplacements et de la propreté
– Stéphane Bribard , conseiller d’arrondissement délégué à la sécurité, à la prévention et à la nuit
– Marie-Charlotte Delaere, directrice générale adjointe des services (administration, budgets…)
– Léa Floch, coordinatrice des Conseils de quartier accompagnée de son équipe Camille Pérez, Eléonore Amati, Kenzy Boukhtouch
– Quitterie Calmettes, chargée de mission précarité Paris, Fédération des acteurs de la solidarité Ile de France
– Alice Patouillard, infirmière psychologue, maraude Maquéro « Aux captifs, la libération »
– Mathilde de Clerck bénévole de l’association Quartier Partagé (collectif de plusieurs associations œuvrant sur le quartier)
– Sandrine André, Responsable de la Maison Camara (rue des Messageries), adhérente au collectif Quartier Partagé
– Emma Sgroï et Stéphanie Kirmiz, membres de l’association « le Carillon » qui se développe sur l’arrondissement.

En introduction, un bref rappel sur la définition et les prérogatives d’un conseil de quartier (cf charte des conseils de quartier du 10è -2016) et une présentation sommaire du Conseil de Quartier Saint Denis Paradis (CQ SDP) : son équipe d’animation (14 membres), sa commission « cadre de vie et propreté » et ses 2 groupes de travail « dépôts sauvages » , « nuisances de cafés et restaurants ».
Pour consulter des informations sur le quartier ou contacter l’équipe d’animation, un site est à la disposition des membres du Conseil de quartier :
www.cqparis10.org

1- Renouvellement de l’équipe d’animation.
Des changements dans l’équipe d’animation : annonce du départ d’un des membres pour cause de déménagement et approbation d’une nomination à l’unanimité.
2- Budgets de fonctionnement et d’investissement – Vote d’une aide financière
Après un rappel sur la nature et les montants des moyens financiers du CQ SDP, la demande du Directeur du « Pari’s des Faubourgs » d’une aide de financement partiel de sonorisation de la « fête des lumières » (9 décembre 2017) a été soumise au vote de l’assemblée plénière
 Résolution : participation accordée au Pari’s des Faubourgs (1 500 €) au titre du budget de fonctionnement (à l’unanimité des 63 votants).

3- Bilan à 6 mois du contrat de prévention et de sécurité
1) Exposé par Stéphane Bribard et complément d’information par Paul Simondon
– Recrutement pour la brigade toujours en cours : plus de 120 personnes à l’effectif actuel mais poursuite des mutations de personnel de la Préfecture vers les services de la direction de la prévention et de la sécurité.

– Formation à prévoir des nouvelles recrues afin de les rendre opérationnelles et avant de procéder à leur assermentation

– Installation des bureaux de la DPSP réalisée

– Mise en place de la commission de régulation des débits de boissons – bilan prévu au printemps 2018

– Axes d’actions en cours : violence sexiste sur la voie publique, réactivation du réseau « violences faites aux femmes », errance dans les rues.

– Nouvelles incivilités constatées : stationnement sur les trottoirs de vélos loués par des compagnies privées sans aucun contrat avec la Ville de Paris qui suit ce dossier.

 Premiers constats : plus de présence d’agents municipaux sur la voie publique et accroissement du nombre de verbalisation pour des dépôts sauvages, prise en charge de SDF jusqu’à la suppression, si possible, des campements (ex : rue Mazagran)

2) Rappels sur des procédures mises à disposition des riverains
– signaler tous types de désordres sur la voie publique au moyen de l’application « DansMaRue » téléchargeable gratuitement sur smartphone ou par téléphone au 3975
– Autre possibilité : signalement au cabinet du maire CABMA10-cabinet@paris.fr ou sur www.Paris.fr.mairie10
– Formulaire de plainte pour nuisances sonores provenant d’un local professionnel sur PP-nuisances-pronterieur.gouv.fr
Les signalements des riverains sont indispensables pour déclencher une intervention au plus près de l’infraction

4- Les dispositifs d’aide aux personnes en situation de précarité (présentation par Quitterie Calmettes et Alice Patouillard)
– Contexte de la grande exclusion en France et à Paris et son évolution : une cartographie affichée montre que les signalements de SDF par les maraudes sont particulièrement nombreux dans notre arrondissement.
– Rappel : la prise en charge des SDF incombe à l’Etat mais les politiques publiques se territorialisent (en 2015, Pacte parisien de lutte contre la grande exclusion)

1) La Solidarité : les maraudes (Paris ou plus particulièrement sur le 10ème)
• intervention sociale (10ème) Emmaüs Paris Nord ou Aux captifs, la Libération
• Evaluation et orientation : EMA SMU social, BAPSA (Préfecture de Police), UASA (Ville de Paris), Recueil social (RATP)
• Maraudes spécialisées (10ème) : Maquéro (santé mentale, gares), CAARUD GAÏA, coordination toxico, Hors les murs, Médecins du Monde, Itinérance jeunes, Bociek, et une antenne mobile psychiâtrique de Maison Blanche
• Maraudes bénévoles (10ème) : Armée du salut, Autremonde, Croix Rouge, Orde de Malte,Protection civile, Restos du cœur, Secours populaire, paroisses, Quartier Partagé

2) Les contraintes rencontrées :
• Action entre urgence et long terme
• Adaptation nécessaires à l’évolution des publics
• Barrières à l’accroche de la personne (langue, mobilité, addiction, troubles psy.
• Un faible accès à l’hébergement

3)Les moyens :
• des permanences sociales (accueil du public, orientation, domiciliation, accompagnement social, accès aux droits (Maison de la Justice et du droit – 15-17 rue du Buisson St Louis)
• Des Espaces Solidarité Insertion à Paris (ESI) avec des équipes pluridisciplinaires, et des prestations d’hygiène (douche, lessive) et paramédicales
4)La place des habitants citoyens
• Porter un regard bienveillant qui redonne dignité à la personne
• S’informer, connaître les dispositifs sur « comment s’orienter, s’occuper de soi, se nourrir, se loger, se soigner, se réinsérer (cf. le guide Solidarité à Paris, éditer par la Mairie de Paris)
• S’investir dans des associations telles que celles présentes : Quartier Partagé et Le Carillon

 Signaler les personnes en détresse à la Mairie CABMA10-cabinet@paris.fr
 Appeler le 115 avec l’accord de la personne

5- Actions menées par les associations Quartier Partagé et Le Carillon
1) Quartier Partagé présenté par Mathilde de Clerck et Sandrine André
Un regroupement des associations qui œuvrent sur le 10ème
• Centre d’Action Sociale de la Ville de Paris
• Pari’s des Faubourg, centre social et culturel
• Français Langue d’Accueil
• Association Jeunesse de St Vincent de Paul
• MAS (maison d’accueil spécialisée) des 2 marronniers,
• Compagnons de St Vincent de Paul, réseau d’entraide (personnes démunies, seules, gens de la rue…)
• Aux Captifs, la Libération, accueil dans un Espace, Solidarité, Insertion
• Maison Helder CAMARA, foyer résidence dirigé par Sandrine André
• CAMRES, centre d’accueil et de médiation relationnelle éducative et sociale.
Comment les habitants peuvent-ils prendre leur place dans les actions ? Participer aux maraudes, aux évènements organisés (pique nique solidaire, pétanque, loto, fête des lumières…)

Contacts : quartierpartage@gmail.com (responsable Mr Jean-Louis Souchon)
Quartierpartage.blogspot.fr

2) Le Carillon présenté par Emma Sgroï
– 3 missions :
• Favoriser les liens bienveillants de proximité entre sans-abri, commerçants et habitants
• Inviter aux échanges de services simples mais qui changent la vie de chacun
• Promouvoir le changement de regard les uns sur les autres

– Comment agir ?
• Commerçants : accepter de rendre des services (prendre un verre d’eau, utiliser les toilettes, se servir dans les invendus, recharger un téléphone….. (voir l’affichette en vitrine)
• Habitants : devenir adhérent ou bénévole (maraudes, offrir des produits, un café… démarcher les commerçants, transmettre les adresses des commerçants aux SDF, participer aux évènements…)

Contacts : contact@lecarillon.org
Le carillon.org
Tél : 09 51 06 33 24

6- Priorités pour améliorer le quartier – expression des constats par le conseil de quartier
Le public a été invité à faire connaître par écrit les points sensibles à traiter, regroupés sous les thèmes suivants :
– Incivilités : affichages sauvages, graffitis, non respect des trottoirs (2 roues)
– Trottoirs et voirie : manque de passages piétons, de panneaux de signalisation, d’éclairage ou bien non respect de la réglementation des terrasses, trous et déformations de la chaussée ou des trottoirs
– Propreté : épanchements d’urine, dépôts sauvages d’entreprises ou d’ordures ménagères, mégots, crottes de chiens, malpropreté du sol, manque de corbeille de rue ou de WC
– Tranquillité publique : harcèlement sexiste, sentiment d’insécurité, tapages nocturnes liés à l’activité de bars/restaurants, non respect des règles d’entrée/sortie des poubelles par les commerces
– Errance sur la voie publique : présence de SDF, de toxicomanes, d’alcooliques, présence d’enfants

Les participants ont complété des feuillets indiquant le lieu et les désordres observés. L’exploitation sommaire en séance de ces feuillets a mis en évidence que seulement 6 rues ne font l’objet d’aucun signalement dont une voie privée fermée au public. Par contre la rue du Fb St Denis et le carré St Lazare dont le jardin Satragne sont les plus souvent cités et cumulent tous les problèmes. Certes, cette consultation en séance n’est pas exhaustive de tous les désordres mais elle pointe 2 lieux nécessairement fréquentés par un grand nombre d’habitants du fait de leur attractivité (multiples commerces, écoles, crèches, gymnase, médiathèque).

 Cette consultation servira de base de travail à partager avec les services municipaux (association du conseil de quartier au suivi et à l’évaluation du contrat de sécurité – accord du conseil municipal)
 Nécessité de signaler désordres , errance (cf supra)
 les participants sont invités à contacter l’équipe d’animation pour mener des actions concertées

le Partager :

Laisser un commentaire